Assemblée Générale 2018

Assemblée Générale 2018
 
Samedi 13 octobre 2018 à 17h00 se tenait l'Assemblée Générale annuelle du club. Comme à l'accoutumée, l'occasion pour le président du TCG, Jean-Paul Cerbonne, de dresser le bilan moral, financier et sportif de la saison écoulée.

Parmi les points principaux évoqués, on citera notamment le très bon niveau d'effectif du club (431 membres) alors qu'on observe une érosion du nombre de licenciés tant au niveau national que régional (- 5,5% dans l'Eure, - 5% en Normandie). Un effectif qui fait du TCG le 3ème club de l'Eure et la 1ère école de tennis du département !

Ont aussi été évoqués, nos nombreuses animations qui participent au dynamisme de notre club, de même que les sujets qui tiennent à cœur au président Cerbonne, comme notre relation avec les écoles de Gisors et ses environs pour proposer des séances de découverte du tennis; le tennis adapté ou bien encore notre participation à l'opération Balles Roses en faveur de la lutte contre le cancer du sein.

Au cours de sa présentation, le président Cerbonne a également rappelé que la construction d'un court de padel sera le projet phare du club au cours de l'année 2019.

Ci-dessous, retrouvez le compte-rendu complet de cette AG, ainsi que l'interview de Jean-Paul Cerbonne dans Paris-Normandie, et en photos tous les évènements marquants qui ont émaillé cette Assemblée Générale 2018.
 

Compte-rendu officiel de l'AG 2018 : Cliquez en haut à droite du document pour l’agrandir ou le télécharger

 

04/10/2018 : Interview de Jean-Paul Cerbonne dans Paris-Normandie

Le 4 octobre 2018, quelques jours avant l'Assemblée Générale, Jean-Paul Cerbonne a fait l'objet de la rubrique "Moi, président... " de Paris-Normandie, consacrée à un ou une responsable du monde associatif de Gisors et de ses environs. L'occasion pour Jean-Paul de revenir sur un thème qui lui est cher : le rôle primordial du bénévolat.



Paris-Normandie : Comment est né votre engagement associatif ?

Depuis la fac, j'ai une affection particulière pour le tennis. Ma fille y jouant, je me suis rapproché encore plus du club de tennis de Gisors. Après des décennies de présidence, Bernard Vannier voulait passer la main. J'étais déjà dans le comité directeur et on est venu à en discuter. J'ai aimé le challenge. Là, ça va faire trois ans. Le 13 octobre, lors de l'assemblée générale, je postulerai à un nouveau mandat de président.

PN : Quel temps consacrez-vous à cet engagement bénévole ?

Ma femme dit que j'ai un mi-temps au club. C'est une petite entreprise. Le club est très bien structuré, avec six salariés. Ma première responsabilité a été de prendre la mesure du droit privé, moi qui viens du public (NDLR : il collabore avec l'Éducation Nationale). Cela implique des obligations en ressources humaines qui sont importantes. Et puis, il y a des grands rushs comme la préparation de la saison. Dernièrement, j'ai aussi travaillé de longs mois pour monter le dossier de financement du terrain de padel. Mais j'ai la chance d'avoir un bureau qui m'épaule.

PN : Quel est le meilleur moment de votre présidence ?

Il est tout récent. C'était à la cérémonie des Sportifs Méritants de la Ville. Sur la scène, il y avait toutes les valeurs qu'un club comme le nôtre représente, réunies sur la même scène : des vainqueurs, avec des champions départementaux - en plus de 18 ans et plus de 50 ans - , l'école de tennis avec des tout-petits et quelques jeunes du sport adapté. J'étais fier de voir tout le monde ensemble.

PN : Avez-vous eu des moments de doutes qui auraient pu vous faire tout arrêter ?

Parfois, la législation est lourde, trop lourde. Nous avons une convention collective du sport qui a le mérite d'exister, c'est comme dans les autres corps de métier, il faut une législation. Mais nous ne sommes que des bénévoles. Alors parfois, je me dis "Quelle responsabilité tu prends-là encore ?" .

PN : Si vous étiez ministre des Sports ou président de Fédération, que feriez-vous pour aider un président bénévole d'un club local ?

Il faut que les ministres des Sports, de la Culture et du Travail se réunissent autour d'une table et réfléchissent à la reconnaissance du monde bénévole. Aujourd'hui, il faut que les piliers - comme le président, le trésorier, le secrétaire et d'autres postes à forte implication - se voient décharger d'un temps en entreprise pour se consacrer à l'associatif. Sans que cela ne soit un frein dans leur carrière, ni un motif de non-promotion. Sans cela, le bénévolat va se perdre naturellement...
 

Le projet Padel

En marge de la précédente interview, Jean-Paul s'était exprimé également sur notre projet de construction d'un court de padel. Des mots qui ont fait l'objet d'un second article quelques jours plus tard, dans le Paris-Normandie daté du 8 octobre 2018.



Dans quelques mois, le club de tennis de Gisors devrait inaugurer la première structure de padel dans l'Eure. Mais qu'est-ce que le padel ? Un sport de raquette comme le tennis, qui se joue avec des joueurs de chaque côté du filet et dans une cage. 

Jean-Paul Cerbonne, président du club local, se veut encore prudent, même si, du côté des élus, plus personne ne parle au conditionnel : "Il nous reste une dernière étape, celle des Bâtiments de France. Nous sommes dans le périmètre du château. Cela n'a pas posé de problèmes pour les courts extérieurs de tennis. Mais il est nécessaire de prouver que cela ne nuit pas à la beauté du site. On s'est attaché à monter un dossier qui démontre qu'avec la végétation, il n'y aura pas de vue directe."

Si aucune date n'a été communiquée, le financement semble bouclé. "Nous avons reçu un soutien de la municipalité avec 5.000 € de subvention exceptionnelle, 3.000 € de la part de l'intercommunalité et de 30.000 € du fonds européen Leader. Il fallait défendre un dossier devant une commission. Nous avons été entendus." souligne le président.

Et si le projet est si appuyé, c'est qu'il y a une notion d'ouverture au grand public : "Nous voulons proposer des tarifs abordables pour que chacun puisse s'adonner au padel. C'est un nouveau sport à découvrir."
 

Le padel c'est quoi ?

Pour le savoir, rendez-vous sur notre page consacrée à la sortie padel d'avril 2018 au club de l'ASM Tennis de Mantes-la-Jolie !
 
Médailles du Club
 

Médailles d'Or (0)

  • Aucune cette année.
 

Médailles d'Argent (2)

  • Doriam Le Biavant (3/6) pour son titre individuel de champion de l’Eure des 17-18 ans.
  • Dominique Letellier (15/3) pour son titre individuel de champion de l'Eure +50 ans.
 

Médailles de Bronze (2)

  • L'équipe Dames F1, vice-championne de la Pré-Régionale lors du championnat d'hiver : Ingrid Boyeldieu, Gwenaëlle Cerbonne, Valérie Nariana, Nolwenn Locufier, Martine Langler.
  • L'équipe des Demoiselles de l'Eure, victorieuse de l'édition 2018 de ce challenge départemental : Camille Splingard, Eléa Debray, Louna Gorin et Léonore Cadiot.

François Constantin et Laurent Boillet ont remis les récompenses aux médaillés présents.

A gauche, avec 2 de nos Demoiselles de l'Eure, Léonore Cadiot et Camille Splingard.

Ci-dessous :

- à gauche avec Dominique Letellier

- à droite avec Nolwenn Locufier
Divers
Dominique Lenois, trésorier de l'Entente Gisorsienne, et Chrystel Vivier, Adjointe au Maire chargée de la Vie Associative et des Festivités, nous ont honorés de leur présence.
 
 
John Tavaron, membre du Comité Directeur, a profité de cette AG pour présenter les nouvelles tenues du club choisies dans le catalogue de notre partenaire Tecnifibre.

5ème Trophée Thérèse Paris

Créé en 2014, le Trophée Thérèse Paris (*) récompense chaque année un membre du TCG pour son investissement altruiste en faveur du club.

Cette année il est décerné à Jean-Philippe Nariana pour ses 20 années au service du club en tant que salarié et bénévole.

Très ému, Jean-Philippe reçoit ce trophée des mains d'André Paris, ancien membre bien connu du TCG et mari de Thérèse.

Notre président d'honneur Bernard Vannier, qui embaucha Jean-Philippe du temps de sa présidence, ainsi que Lydie Le Biavant, membre puis secrétaire du Comité Directeur entre 2009 et 2017, sont également présents pour la remise de ce trophée bien mérité !






(*) Thérèse Paris fut la secrétaire du TCG de 1983 à 1998, soit 15 ans de bénévolat efficace, associant disponibilité, passion, discrétion et gentillesse. Educatrice fédérale au mini-tennis, joueuse d’équipe, mère de 2 garçons qui furent aussi compétiteurs au club, elle nous a quittés trop tôt en 2012.

Départ de Mathieu Letellier

Pour le remercier de son investissement au sein du club, un petit cadeau a été offert à Mathieu Letellier, dont la mission de 8 mois comme Volontaire Service Civique s'achève.

Photo : Ci-dessous avec François Constantin et Maud Cadiot, à droite avec Jean-Philippe Nariana.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com